top of page

Absolument relatif !



René commençait à baliser.

— écoutez, je sais pas ce que je fais ici. Que me reprochez-vous ?

Les deux policiers échangèrent un regard. Un vrai couple de bande dessinée. à droite, le petit chafouin au regard mauvais ; en face, le costaud au visage faussement candide. Trop caricatural pour être réel. Pas de doute, il était dans un cauchemar, il suffisait d'attendre la fin.

Le coup de poing ébranla la table et fit sauter en l'air les stylos, la caméra, et ramena René à la réalité. Le lourd dictionnaire n'avait pas bougé. Costaud regarda sa main droite, comme surpris de sa propre violence.

— C'est un truc qui m'arrive quelquefois. Je suis pas un brutal, mais c'est mon poing. Des fois, il part tout seul. Surtout quand on se fout de moi. Là, t'as de la chance, c'est la table qui a tout pris !

Il se tut, comme fatigué de tant de paroles. L'autre se pencha sur René, attrapa son T-shirt et tira violemment dessus.

— Et ça ? E=mc2 ? T'en es content ? T'en es fier ? Tu crois que ça mérite de passer trois mois en taule ?

Son visage à dix centimètres, l'haleine était tout aussi dissuasive que les menaces. René accusa le coup.

— Mais, pourquoi… quel problème… ? Il se reprit. Je suis professeur de physique, j'ai plein de T-shirts pédagogiques, les élèves adorent. Semaine dernière, j'avais mis Schrödinger avec son chat et son équation et…

La table sauta encore, mais bien plus haut.

La caméra tomba sur le parquet, sans que l'un ou l'autre tente de la rattraper. Chafouin intervint.

— Ton Shrödin-chose, je vais te le dire gentiment, on en n'a rien à foutre. Et les chats sont interdits. Trop indisciplinés. Par contre, E=mc2, c'est qui c'est quoi ? Hein ?

— Mais Einstein, bien sûr, fit René. L'équivalence de la masse et de l'énergie. Tout le monde sait ça !

Au regard de l'autre, il comprit qu'il s'était fait piéger. Costaud saisit le dictionnaire, l'ouvrit avec précaution et se mit à feuilleter.

— Bon, je cherche : Coluche, Danube, Eiffel, je brûle, Eilat, Eindhoven, Eisenhower… Perdu ! Je vois pas le gars que tu cites.

L'acolyte compléta.

— C'est le dictionnaire officiel de la Police des Mots. Ton savant n'y figure pas. Ça te pose un problème ?

Tiraillé entre indignation et prudence. René se tut. Puis, il osa.

— Dites, sa théorie figure au programme de mes cours. Je fais comment pour la faire comprendre à mes étudiants ? Je sais que vous n'aimez pas la relativité, mais…

La table résonna une troisième fois, mais moins fort. Chafouin jura et frotta sa main endolorie.

— On dirait que tu y mets de la mauvaise volonté. La case prison se rapproche. Redis-moi donc le nom de cette théorie ? J'ai pas bien entendu !

— Oui, excusez-moi. L'habitude. Je parlais de la Théorie de l'absoluité de la vitesse de la lumière.

Visiblement satisfait, Chafouin salua la rectification.


— Tu vois, quand tu veux ! Le sourire torve n'était pas des plus convaincants, mais c'était mieux que rien. Tu sais, on n'est pas des mauvais mecs, mais il faut nous comprendre. Un mot qui dérape, ça te paraît pas grave. Mais nous, à la Police des Mots, on n'a pas la même analyse. Un mot, des mots, des phrases, des discours, et en fin de compte c'est toute la société qui dérape.

Il se déporta sur la gauche, s'empara du dico, l'ouvrit.

— Regarde : relativité, le mot que tu viens d'utiliser, il existe pas : Relater, relation, reluire… pour un prof, c'est dommage de ne pas parler français, non ? Et puis, au fond, ce terme qui a disparu, c'était une façon de bafouer l'Absolu, quand on y pense.

Il se leva soudain, dominant René de sa petite taille, droit comme un i. Sa voix devenait hystérique.

— ça va très vite. On remet en cause les fondements de la vie civile. La morale, la religion, l'ordre social… Plus rien n'est sacré, plus rien n'est tabou, plus rien n'est Absolu ! Les beaux esprits ricanent des valeurs établies, le respect se perd, on se permet tout !

tanisé, René, tassé sur sa chaise, subissait.

Le regard de Chafouin s'éleva, au-dessus de René, vers le portrait qui dominait la pièce. Il se fit grave.

— Alors, dans cette chienlit qui s'installe, un homme se lève. Il trouve les mots et les accents que le peuple attend. Il balaie la résignation, le scepticisme, le nihilisme. Il trouve la voie de la fierté, de la droiture, de la foi en l'avenir. Une foi absolue !

Il se rapprocha. Sa voix n'était qu'un souffle. Il distilla ses mots :

— Et tu voudrais qu'on laisse des gens comme toi semer le doute, s'interposer, rabaisser cette vision ?

Costaud était passé derrière René. Il l'attrapa par le col de son blouson et le souleva de sa chaise d'un seul bras. De sa main libre, il ponctuait son discours de petites claques sur les joues.

— Tu as juste/paf à nous dire/paf que tu n'as pas/paf réfléchi/paf aux conséquences/paf de tes actes/paf. Après, tu t'engages/paf, tu signes/paf et tu repars libre/paf.

Chafouin fit un signe. Costaud lâcha René, qui retomba comme un paquet sur sa chaise, groggy, les joues en feu.

— Sinon, tu joues les héros, tu pars en prison pour une durée absolument indéterminée. Tu perds ton boulot, on t'oublie, le monde continue sans toi. Mais je crois que tu vas faire le bon choix ! Tu t'excuses ? Tu signes ?

René regarda Chafouin, Costaud, le portrait, la feuille qu'on lui tendait et qui tremblait bien moins que lui. Game over ! Il ne lui restait que l'humour pour sauver la face.

— Alors, c'est oui ? reprit l'autre.

— Absolument !



Image : Einstein lived here – Herblock, 18 Avril 1955

Posts récents

Voir tout

Gérard

Comments


bottom of page