top of page

Chop Suey



La scène est fameuse. À droite, la fenêtre du restaurant chinois laisse apercevoir son enseigne. Au centre se trouve Mary, visage d'albâtre aux lèvres rouges émergeant d'un chapeau cloche, et dont les épaules affaissées disent le désarroi. En face d'elle, de dos, sa meilleure amie Lisbeth, cloche contre cloche, n'a plus de mots pour la rassurer ou la consoler. Derrière, un homme penché sur sa cigarette partage sa solitude avec un profil féminin que la postérité ne retiendra pas.

Sur la table, l'unique tasse visible est vide. La théière, désormais froide, ne fait que souligner la distance qui sépare maintenant les deux femmes. Quelque chose est en marche, quelque chose qui les dépasse et vient de se saisir de Mary, qui emportera plus tard Lisbeth, et même Marcus et Miss Profile, parmi tant d'autres.


Rien dans l'image ne permet de situer précisément la scène dans le temps ou dans l'espace. Mais l'année de la création du tableau est connue, et les habitudes du peintre permettent de replacer le restaurant dans New York, plus précisément à Manhattan, en face de White Hall. Alors on comprend mieux pourquoi Mary vient de perdre son emploi, et pourquoi, en sortant du restaurant, les deux amies vont se trouver prises dans une marée humaine qui afflue vers le Stock Exchange tout proche. Ce sont des petits porteurs, paniqués et hystériques. Nous sommes le lundi 24 octobre 1929, le Black Monday qui inaugure la pire crise financière que la planète aura connu.

Lisbeth ignore encore que son mari a cédé à la folie spéculative et acheté des actions à crédit. On ne sait pas ce que le couple ruiné est devenu. Marcus, le fumeur à l'arrière-plan, sera aperçu pour la dernière fois sur une bande d'actualité cinématographique. Homme sandwich entre deux pancartes sur lesquelles on lit « Chargé de famille, cherche un emploi décent », il déambule sur Wall Street en compagnie de quelques autres désespérés. Quant au restaurant lui-même, la disparition des clients aurait été un motif suffisant pour sa fermeture. Les placements hasardeux de son patron ne firent qu’accélérer le désastre.


Le Chop Suey a disparu. À sa place, on trouve maintenant une boutique qui propose des placements en ligne, garantis sans risques.

Posts récents

Voir tout

L'hiver

Comentarios


bottom of page